A la UneÉconomieSociété

Le secteur privé national face à la problématique des mandats illimités au niveau de ses organisations

« Pendant presque trente ans, la plupart des membres d’organisations du secteur privé s’accrochent à des postes de responsabilité sans organiser des élections ». C’est par ces mots que le président du group CCBM, a réagi suite à la conférence de presse tenue ce vendredi par M. Baidy Agne, en présence d’organisations du secteur privé national. Au menu des échanges avec les journalistes, le président du Conseil national du patronat a abordé des questions relatives aux élections législatives du 31 juillet passé, ainsi que la situation économique du pays. Mais seulement qu’il aussi été question lors de cette rencontre, d’une unité au sein du secteur privé national. Ce qui ne semble pas être le cas avec la sortie de M. Serigne Mboup.
La cause, une démarche solitaire décriée, une absence de démocratie au sein d’organisations comme le Conseil national du patronat (CNP) ou encore le Mdes (Mouvement Des Entreprises du Sénégal) où la limitation de mandat n’existe pas.

+20 ans de présidence…

En effet, au niveau de ces organisations, règnent des présidents en fonction depuis plus de 20 ans. Ce qui indispose de grands acteurs du secteur privé national qui dénoncent une démarche solitaire, une gestion opaque, et une volonté réelle d’exercer une présidence à vie.

La problématique des mandats illimités…

Au moment où le pays parlent de limitation de mandats, des organisations du secteur privé national semblent être prises en otage par un groupe de personnes qui ne veulent nullement entendre parler de limitation de mandats, encore moins d’élections ou de renouvellement réel d’instances.

Le secteur privé national pris en otage…

Des présidents d’organisations qui s’accrochent à des postes de responsabilité, des organisations utilisées comme cabinets de courtage, des mandats illimités… l’organisation du secteur privé national semble souffrir de la démarche de personnes décidées à s’agripper à leur poste de président. Pour aussi conserver une certaine hégémonie au moment où d’autres mènent des actions réelles, pour un secteur privé national fort et dynamique. Comme pour dire qu’il est donc venu le moment de procéder à une introspection des organisations du secteur privé national qui seront à l’image de ses vrais acteurs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page