Économie

« Ce serait une aberration de renoncer à l’exploitation de nos ressources alors que plus de 600 millions d’Africains vivent encore dans le noir »

Le chef de l’Etat Macky Sall, président de l’Union africaine, a ouvert jeudi, la conférence et l’exposition MSGBC Oil, Gas & Power 2022. Lors de son allocution, le Président de la République du Sénégal a appelé à l’exploitation des ressources gazières de l’Afrique et à un meilleur accès au financement du développement pour le continent.

« Dans cette nouvelle configuration du monde, les ressources énergétiques sont des atouts majeurs pour l’Afrique. Par conséquent, nous ne devons pas accepter que notre continent soit un objet de la géopolitique mondiale, mais un acteur, conscient de sa richesse naturelle d’intérêts, qui agit sur la concurrence au lieu de la subir », a déclaré le Président Sall, ajoutant que, « Tout en restant engagés dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, nous devons continuer à défendre les intérêts de nos pays à l’approche de la COP27 en novembre prochain en Égypte.

Appelant à une transition énergétique juste qui offre à l’Afrique les mêmes opportunités que celles offertes aux pays les plus industrialisés du monde, le président a évoqué le renforcement des partenariats régionaux et la stimulation des investissements dans la région MSGBC, soulignant le rôle que les mégadéveloppements dans le bassin joueront pour répondre à la demande intérieure tout en abordant besoins énergétiques mondiaux.

« Ce serait une aberration de renoncer à l’exploitation de nos ressources alors que plus de 600 millions d’Africains vivent encore dans le noir », a poursuivi le président. « Nous aurons besoin de former des ressources humaines qualifiées à tous les niveaux pour maîtriser les connaissances et le savoir-faire dans le domaine complexe des hydrocarbures, des soudeurs aux ingénieurs de conception, experts financiers et spécialistes des contrats, pour ne citer que quelques domaines. »

Le président a conclu son allocution d’ouverture en soulignant le potentiel de la région pour faire face à la crise énergétique mondiale tout en améliorant les conditions et le développement socio-économique de l’Afrique de l’Ouest et du continent dans son ensemble.

« Car ce qui compte au final, c’est que l’exploitation de nos ressources se fasse dans les meilleures conditions de transparence et d’efficacité, pour l’amélioration des conditions de nos populations et le progrès de nos pays. C’est notre devoir », a conclu le président.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page