Économie

Situation économique du Sénégal : Indicateurs et conjoncture

La crise sanitaire mondiale a interrompu une tendance de croissance forte (6% en moyenne entre 2014 et 2019, mais seulement 1,5% en 2020) et de progrès en matière de développement au Sénégal. Toutefois, la mise en œuvre dun Plan de résilience économique et social (PRES) a permis aux autorités de limiter les impacts de la pandémie à travers le soutien aux ménages et aux secteurs les plus touchés. Dans le cadre de sa politique de relance, le gouvernement a revu son plan daction prioritaire pour prendre en compte les nouvelles priorités telles que lautosuffisance alimentaire, sanitaire et pharmaceutique mais également lemploi et linsertion professionnelle des jeunes suite à des émeutes en mars 2020.

Croissance et compétitivité 

L’économie sénégalaise a échappé à la récession en 2020 avec une croissance à 1,5%, contre une prévision de -0,7% en début de crise sanitaire (et 6,8% avant la crise), grâce notamment au rebond de l’activité économique au second semestre et à la bonne performance agricole. Pour 2021, la croissance a été révisée à la hausse par le FMI à 5% (+1,3 point par rapport à juin 2021) et serait soutenue par la production industrielle (+22,4% en g.a. en septembre), les services (+17% en g.a.) et le commerce de détail (+10% en g.a.). Cette tendance devrait se poursuivre en 2022 avec une projection de rebond à 5,5%, les perspectives à moyen terme restant favorables. En effet, selon le FMI, l’activité devrait augmenter fortement en 2023-2024 (+10% en moyenne, +6% hors hydrocarbures) avec le démarrage de la production d’hydrocarbures qui représenterait en année pleine un gain de PIB équivalent à près d’1,8 Md€, soit 6% du PIB hors pétrole en 2024. Ces projections restent cependant dépendantes de l’évolution de la pandémie, des prix mondiaux notamment du pétrole et de la mise en œuvre effective et dans le calendrier prévu des projets d’hydrocarbures.

L’inflation a atteint 3,2% en g.a en octobre 2021, reflétant la hausse des prix des produits alimentaires (4,3% en g.a.) mais devrait s’établir à 2,5% en 2021 (m.a.) et à 1,5% à moyen terme d’après les prévisions du Fonds.

L’économie sénégalaise dépend encore significativement de son secteur primaire (16% du PIB), en particulier de lagriculture (15% du PIB en 2018 et 17% du PIB en 2020 selon la Banque mondiale) qui est sujette aux fluctuations des cours mondiaux et aux aléas climatiques. Le secteur secondaire représente 23% du PIB et le tertiaire 52%.

Le commerce extérieur

Les échanges extérieurs du Sénégal ont été moins dynamiques en 2020 qu’en 2019 en raison de la crise sanitaire mondiale. La balance commerciale sest toutefois légèrement améliorée passant à – 2 233,1 Mds XOF (3 404,3 M EUR) en 2020, contre – 2 327,3 M XOF (-3 548 M EUR) en 2019, du fait de la chute, en valeur absolue, plus importante des importations (-279 Mds XOF, 425,3 M EUR)) que des exportations (-185 Mds XOF, 282 M EUR). Sur les trois premiers trimestres 2021, le solde commercial sest détérioré, s’établissant à -1 746,3 Mds F CFA (2 662,2 M EUR), contre -1 673,3 Mds FCFA (2 551 M EUR) pour la même période en 2020.

LUE reste le premier fournisseur du Sénégal avec 42% de parts de marché tandis que lAfrique est en tête des clients du pays, même si ses parts de marché se sont effritées au profit notamment de lAustralie qui a pénétré le marché de lor (5,5% en 2020, contre 0,1% en 2019).

Les exportations sénégalaises en 2020 s’élèvent à 2 261,3 Mds XOF (3 447,3 M EUR), soit une baisse de 7,6% par rapport à 2019. Le Mali devient le premier client du Sénégal avec 474,8 Mds XOF (723,8 M EUR), devant la Suisse (12,4%), comptant pour 21% du total des exportations sénégalaises. La France quant à elle perd une place au classement des pays clients du Sénégal et se positionne au 11ème rang (67,1 M EUR en 2020, contre 77,7 M EUR en 2019).

Les importations sur lannée 2020 s’établissent à 4 494 Mds XOF (6,9 Mds EUR), contre 4 774 Mds XOF (7,3 Mds EUR), soit en repli de 5,9%. La France domine le marché sénégalais avec 15,7% de parts de marché, suivie par la Chine (9,2%), les Pays-Bas (6,2%), la Belgique-Luxembourg (6%) et le Nigéria (5,7%).

En termes de structure, les exportations sénégalaises restent dominées par lor (18,7% de la valeur totale) et les produits de base, qui représentent en moyenne 60,5% de lensemble des ventes extérieures, alors que les produits manufacturés constituent depuis quelques années le premier poste dimportation, à 68% du total des produits importés en 2020 contre 73,1% en 2019. Toutefois, les achats extérieurs de denrées alimentaires de première nécessité et aux produits pétroliers restent encore très élevés.

Parts des exportations par continent

Parts des importations par continent≈

Le climat des affaires

La mise en place de réformes structurelles a dynamisé certains secteurs de l’économie, notamment le secteur primaire, néanmoins, le climat des affaires encore perfectible et le taux de chômage structurel important nécessitent un approfondissement des réformes, dans l’éducation, l’administration, la fiscalité. En 2018/2019, le taux e chômage est estimé à 11,6% au niveau national (contre 15,7% à fin 2017).

Dans le cadre du programme ICPE (Instrument de Coordination des Politiques Economiques), le FMI recommande la poursuite des réformes engagées par les autorités afin de jeter les bases dune croissance forte, inclusive et durable et lutter contre le chômage. Les principales réformes portent la gestion des finances publiques (afin daméliorer la transparence et lefficacité des dépenses), lamélioration de lenvironnement des affaires, le renforcement des filets de sécurité sociale, l’éducation, la formation.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page