Société

L’étudiante tue de sans froid son bébé dans les toilettes

H. R. D est une étudiante de 25 ans habitant à Dalifort. Elle a été arrêtée par les éléments du commissariat de Pikine, placée en garde à vue puis déférée au parquet pour Interruption volontaire de grossesse (IVG).

Elle était porteuse du fœtus qui a été découvert dimanche dernier flottant à la surface des eaux d’une fosse septique d’un immeuble R+4 du quartier Touba Seras. Alertée, la police s’est déployée sur les lieux avant d’informer les pompiers, qui ont procédé au repêchage puis à l’acheminement du fœtus dans une structure sanitaire pour autopsie.

La légiste conclut que le bébé en formation était de sexe féminin, pesait 150 grammes et ne présentait aucune malformation. Il assure qu’il est décédé d’une mort «intra-utérine secondaire provoquée par l’interruption d’une grossesse d’environ vingt-et-une semaines».

Pour les besoins de l’enquête, tous les habitants de l’immeuble, hommes comme dames, ont défilé à la police. Les examens gynécologiques (réservés aux femmes) permettront de remarquer que H. R. D est sujette à une perte abondante de sang.

Face aux enquêteurs, l’étudiante craque et avoue avoir bu un mélange d’eau de javel et de Bleu de méthylène pour interrompre sa grossesse. Cette substance nocive a permis d’expulser le fœtus dans les toilettes de l’appartement où elle logeait. Et pour le faire disparaître, elle enfonce la tête du bébé en formation au fond de la chaise anglaise avant de verser trois seaux d’eau.

C’était dans la matinée du samedi 7 mai. Lors de son arrestation, elle présentait une santé déclinante. Elle sera hospitalisée pendant quatre jours sous surveillance policière avant d’être placée en garde à vue et déférée au parquet.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page