ÉconomieEntrepreneuriat

Femmes et entreprenariat : des porteuses de projets formées en création d’entreprise…

Une centaine de femmes venues de différentes régions du Sénégal ont entamé lundi à Dakar, une formation dans divers volets de l’entreprenariat. Cette formation qui va durer une semaine, est initiée par la Chambre de Commerce d’Industrie et d’Agriculture de Dakar (CCIAD) et le Programme sénégalais pour l’entreprenariat des jeunes (PSEJ).

“Ces femmes porteuses de projets et membres de Groupements d’intérêt économique (GIE) vont être formées dans des modules comme les procédures administratives de création d’entreprise, l’étiquetage, l’emballage, l’accès aux financements et la tenue de la comptabilité”, a dit le point focal du PSEJ, Cheikh Moussa Kane qui intervenait lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de renforcement de capacités des femmes de GIE sélectionnées et des jeunes dans le cadre du PSEJ.

Cette rencontre s’explique, selon Kane, par le fait que « le monde vit actuellement des moments cruciaux dus à la guerre en Ukraine et à la crise sanitaire liée au Covid-19”. C’est pour cette raison que la Chambre de commerce, en tant que maison des entreprises, a décidé d’aider les entreprises tenues par des femmes à être résiliantes. Nous voulons les aider à faire face à la crise afin de devenir résiliantes et à tisser des réseaux d’affaires”, a-t-il expliqué.
Pour sa part, la présidente de Programme africain pour l’autonomisation des femmes (PAAF), Maïmouna Diagne, il y a un besoin pressant de connaissances en matière de procédures. Elle a rappelé que les participantes évoluaient dans des secteurs d’activité divers.
« Nous avons des mères de familles, des Badiènou gox, des Cheffes d’entreprise. Elles évoluent dans des secteurs comme l’agro-alimentaire, l’agro-business, la transformation et sont aussi actives dans la société civile”, a précisé la présidente du PAAF.
“Avec la guerre en Ukraine et la crise sanitaire l’ayant précédé, il revient au PSJE et la CCIAD de travailler ensemble en contribuant à la résilience des micro-entreprises et des Petites et moyennes entreprises (PME). Elles sont l’épine dorsale et le moteur de l’économie africaine”, a dit le vice-président de la CCIAD, Pape Ibrahima Diagne.
Venu présider la cérémonie d’ouverture, Diagne a précisé que les femmes représentent à elles seules plus de 90% des entreprises et emploient environs 60 % des travailleurs. Le responsable du volet agricole à l’institution consulaire a dit qu’une grande partie est constituée de “femmes et de jeunes”. Selon lui, les femmes sélectionnées seront aussi formées à la formalisation des entreprises et aux rouages de la demande de financement.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page