Économie

Blocage à la frontière malienne : Gora Khouma et cie se révoltent

Le secrétaire général des transporteurs routiers du Sénégal ne comprend pas la décision de la CEDEAO de fermer la frontière avec le Mali depuis plus de 3 mois. Câblé par senenews, Gora Khouma estime que cette mesure est catastrophique et n’arrange pas les deux Nations. Il poursuit, renseignant que plus de 1000 camions sont immobilisés à la frontière malienne. Face à cette situation désastreuse, il plaide pour que les transporteurs sur le corridor Dakar Bamako soient dédommagés pour ce préjudice causé par la CEDEAO et le Sénégal.

Selon le SG des transporteurs routiers sénégalais, leur secteur risque de disparaître parce que le fret malien a poussé les opérateurs sénégalais à investir dans ce secteur et qui dit investissement, parle des matériels. Ce sont les camions et les entreprises qui en possèdent, les chauffeurs et les apprentis. C’est une chaîne, il y a des mécaniciens, des soudeurs et un ensemble de personnes qui s’active dans ce secteur grâce au fret malien.

« Nous avons des problèmes avec les banques puisque la règle, c’est de rembourser les crédits et si n’y a plus d’activités les banques commencent à envoyer des sommations aux opérateurs pour réclamer leur dus. Nos camions sont devenus des magasins, la souffrance, elle est là. Depuis l’annonce des sanctions, dimanche 9 janvier au soir », alerte Gora Khouma, secrétaire général des transporteurs routiers du Sénégal, qui n’en peut plus.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page