Économie

« Les travaux de la centrale à gaz de Cap des Biches ont démarré. Elle sera livrée en 2023 ». Pape Demba Bitèye/DG SENELEC

Le Directeur Général de la SENELEC (Société Nationale de l’Electricité) a effectué jeudi, une visite hier au Cap des Biches (Rufisque), sur les chantiers du site qui va abriter la centrale à gaz d’une capacité de 300 MWT.

Pape Demba Bitèye et ses partenaires financiers et techniques, ont évalué l’état d’avancement des travaux.

« C’est un sentiment de satisfaction. Comme vous le voyez, les travaux ont démarré. Nous avions réussi le pari des négociations dans des délais très courts, le pari du développement du projet qui a été raccourci. Aujourd’hui on est là avec un projet qui est en chantier. Ceci grâce à une vision très claire du Président de la République Macky Sall. Cela devrait permettre à la Senelec d’accroître la fiabilité de son parc de production et de mettre en œuvre la stratégie « Gas-to-Power » adoptée par l’Etat du Sénégal à la suite des importantes découvertes de ressources gazières et pétrolières  dans le pays» ,a dit d’emblée  le directeur général  de la SENELEC  .Dans la stratégie Gas-To-Power  la transformation du gaz en électricité, est devenue un élément-clé de la stratégie nationale avec le double objectif de donner l’accès universel à l’électricité et d’accroître la compétitivité économique du Sénégal. Afin de produire assez d’électricité pour atteindre les objectifs fixés, le Sénégal met en place une double stratégie concernant les centrales : certaines centrales existantes seront converties en centrale à double combustible tandis que de nouvelles centrales seront construites utilisant le cycle combiné fonctionnant au gaz naturel (CCGT). « Cette centrale à gaz est l’un des résultats des ambitions énergétiques et le dynamisme du fast tract de l’Etat du Sénégal », selon toujours ce dernier. « On va faire des projets utiles pour les sénégalais mais aussi on va les faire dans les délais. Ce sont les objectifs du PSE qui est le cadre unique de référence économique et sociale du Sénégal. Alors ces 300 MWT vont augmenter notre capacité de production, notre capacité d’offre, baisser le coût de production ce qui aboutira in finé à un impact sur le tarif. Il y a aussi les grands projets de l’Etat : le TER et le BRT. Alors le Sénégal doit produire plus d’électricité », fait –il savoir. Pour rappel, le ministre du Pétrole et des énergies avait procédé à la pose de la première pierre du projet de construction de cette centrale en mars 2021. D’un coût global de 220 Milliards FCFA sa livraison est prévue en 2023. Ce projet qui se trouve au Cape des Biches, sera détenu à 85% par des privés nationaux et 15% par le Sénégal. La totalité de la production sera cédée à la Senelec liée aux promoteurs par contrat d’achat d’électricité.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page