AfriqueInternationalSanté

Le Nigeria confirme ses premiers cas de la variante Omicron COVID-19

Reuters

Le Nigeria a annoncé mercredi avoir confirmé ses premiers cas de la variante Omicron COVID-19, parmi lesquels un échantillon de voyageurs arrivés au Nigeria en octobre, suggérant qu’il s’était présenté des semaines avant qu’il ne soit signalé en Afrique du sud.

« Le séquençage rétrospectif des cas précédemment confirmés parmi les voyageurs au Nigeria a également identifié la variante Omicron parmi l’échantillon collecté en octobre 2021 », a déclaré le Nigeria Center for Disease Control (NCDC) dans un communiqué.

Il n’a donné aucun détail sur le voyageur. Signalé pour la première fois en Afrique australe il y a une semaine, Omicron a mis en évidence la disparité entre les campagnes massives de vaccination dans les pays riches et l’inoculation éparse dans le monde en développement.

Le NCDC a déclaré que deux autres cas de la variante Omicron COVID-19 provenaient de deux voyageurs arrivés d’Afrique du Sud la semaine dernière.

« Compte tenu de la transmissibilité très probablement accrue de la variante Omicron, il est impératif de mettre en place des mesures pour freiner la transmission communautaire », a déclaré le NCDC.

Les données d’autres pays montrent déjà que la variante circulait avant qu’elle ne soit officiellement identifiée en Afrique australe et qu’elle a depuis été détectée dans plus d’une douzaine de pays. Les travaux pour déterminer s’il est plus infectieux, mortel ou s’il échappe aux vaccins prendront des semaines. L’annonce du NCDC est intervenue avant une réunion entre le président sud-africain Cyril Rampahosa et son homologue nigérian, Muhammadu Buhari, mercredi à Abuja, au cours de laquelle Omicron devrait être discuté.

Plusieurs pays ont imposé des restrictions de voyage aux pays d’Afrique australe, ce qui, selon Ramaphosa, est injustifié et nuit aux pays en développement.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page