A la UneInternationalSociété

Burundi : l’incendie d’une prison fait plus 30 morts et 69 blessés

AFP

 Un incendie a ravagé mardi matin la prison centrale de Gitega, établissement pénitentiaire surpeuplé de la capitale du Burundi, faisant craindre un nombre élevé de victimes, a-t-on appris auprès de témoins et de la police.

Les témoins ont indiqué à l’AFP que d’«immenses flammes» ont totalement calciné certaines parties de la prison, qui abritait 1539 prisonniers (pour 400 places) fin novembre, selon les chiffres de l’administration pénitentiaire.

Aucun responsable officiel n’a répondu aux sollicitations de l’AFP mardi matin. L’incendie, d’origine inconnue, s’est déclaré vers 4 h (2 h GMT) et était maîtrisé en fin de matinée, selon les témoins. Un détenu contacté par téléphone a raconté à l’AFP que des prisonniers avaient péri dans les flammes.

«Nous nous sommes mis à crier que nous allions être brûlés vifs lorsque nous avons vu les flammes qui montaient très haut, mais les policiers ont refusé d’ouvrir les portes de notre quartier en disant « ce sont les ordres que nous avons reçus ». Je ne sais pas comment j’en ai réchappé mais il y a des prisonniers qui ont été brûlés totalement», a-t-il déclaré.

Un témoin a affirmé à l’AFP qu’au moins une vingtaine de blessés avaient été évacués à l’hôpital. Les abords de la prison étaient barrés par un important déploiement de militaires et policiers. Selon une source policière, les secours ont tardé à se rendre sur place. Un camion de pompiers est arrivé deux heures après le début du feu, a déploré cette source.

Le 21 août, un incendie avait touché un secteur de la prison centrale, sans faire de «dégâts humains», avait indiqué sur Twitter le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique en précisant que le feu était dû à «un court-circuit».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page