AfriquePolitique

Noureddin Bongo Valentin au Président Ali Bongo « Aujourd’hui, ce n’est pas la fin d’une histoire mais le début d’un nouveau chapitre qui s’ouvre »

Quelques minutes seulement après l’annonce de son départ du poste de coordinateur général des affaires présidentielles auquel il avait été nommé en décembre 2019, Noureddin Bongo Valentin a tenu, dans une lettre ouverte, a brossé le bilan de ces quelques 21 mois passés à la Présidence de la République du Gabon. Surtout, il a très chaleureusement remercié le chef de l’Etat et indiqué, en termes à peine voilé, qu’il continuerait d’occuper à l’avenir des fonctions aussi importantes à ses côtés. Nous publions ici cette lettre ouverte dans sa version in extenso.

Lettre ouverte à Son Excellence, Monsieur le Président de la République

« Excellence, Monsieur le Président de la République,

En décembre 2019, vous m’avez fait l’honneur de me nommer Coordinateur Général des Affaires Présidentielles avec pour mission de renforcer le pilotage, pour le compte du Président de la République, de l’action gouvernementale.

Ce pilotage s’est exprimé par une feuille de route, le Plan d’Accélération de la Transformation 2021 – 2023 adopté par le Gouvernement en janvier 2021, par une méthode de travail, structurée autour de task-forces interministérielles pour décloisonner les administrations, fluidifier les réponses aux demandes d’arbitrages.

Cette démarche a systématisé le reporting sur l’état d’avancement des réformes, ainsi qu’ un contrôle a priori, par les visas d’opportunité et de conformité sur tous les contrats importants engageant l’administration publique, et un contrôle a posteriori, à l’instar du contrôle de réalité des créances sur l’Etat institué par la task force dette intérieure puis la mise en place de l’Autorité Nationale de Vérification et d’Audit (ANAVEA).

A travers cette nomination, vous avez témoigné de votre confiance à notre égard.

Durant ces vingt et un mois écoulés, la coordination générale a fait tout ce qui était en son pouvoir pour s’en montrer digne. Nous croyons pouvoir dire aujourd’hui, avec humilité et lucidité, que le contrat a été rempli.

Durant cette période à vos côtés au sein de la Présidence de la République, d’importants résultats ont été obtenus sur les dossiers que vous nous avez confiés ou demandé de superviser.

Le pilotage effectué a tout d’abord donné des gages de bonne gestion, pris au sérieux par les institutions financières internationales, comme l’indique la signature le 28 juillet 2021 de la Facilité Elargie de Crédit du FMI, avec à la clé un appui budgétaire sur trois ans d’environ 320 milliards de FCFA. Ou encore la revalorisation de la notation crédit du Gabon par l’agence de notation Moody’s en juillet 2021. Il a engendré des économies significatives pour l’Etat, qui s’est délesté de plus de 600 milliards de FCFA de créances réclamées, qui se sont révélées injustifiées après audit.

La fiabilisation de la dette intérieure a permis de procéder à un premier règlement de 91 milliards de FCFA en juillet 2021, sur un total de créances reconnues d’environ 500 milliards de FCFA. Une injection de trésorerie bienvenue pour le secteur privé gabonais, éprouvé par la crise de la COVID-19. Autre source d’économie pour les finances publiques, la meilleure gestion des litiges engagés contre l’Etat, avec notamment une décision de justice en faveur du Gabon dans l’affaire l’opposant à la société WEBCOR, qui a annulé une amende de 65 milliards de FCFA qu’aurait pu payer l’Etat gabonais.

La finalisation de l’audit du FUR a permis de pointer plusieurs dysfonctionnements dans le système de gestion de la solde des agents publics. La mise en œuvre des recommandations des auditeurs se poursuit et permettra à terme la réalisation d’économies chiffrées à plusieurs milliards de FCFA chaque mois. Il en est de même de la réforme des bourses qui va permettre une attribution des bourses selon des critères sociaux et de méritocratie. Cette réforme va permettre de garantir la pérennité de cette politique sociale fondamentale, tout en faisant économiser au budget de l’Etat en moyenne 25 milliards de FCFA par an.

Le pilotage renforcé autour des 34 programmes du Plan d’Accélération de la Transformation a contribué à accélérer la mobilisation et le déploiement des ressources sur certains projets prioritaires, très attendus des populations. Ainsi, malgré un retard important à l’allumage dû à la fois aux contraintes de mobilisation des ressources, à la nécessité de finaliser les études de faisabilité et aux contraintes logistiques pour l’importation du matériel, les travaux de renouvellement et doublement de la Route Nationale 1, qui connecte Libreville à l’intérieur du pays, ont enfin démarré en août 2021. Désormais, toutes les conditions sont réunies pour que ce chantier majeur de votre mandat soit réalisé avant l’échéance de mi-2023.

Plusieurs travaux de voiries secondaires et principales ont été lancés dans l’agglomération de Libreville, mais également à Port-Gentil, Moanda, Fougamou, avec la particularité d’être rigoureusement suivis par des missions de contrôle qui s’assurent du strict respect du cahier des charges et des délais par les entreprises. Le bassin versant de Nzeng-Ayong, dont les travaux ont connu de nombreux blocages, a été finalement réalisé suite à une reprise en main du dossier. De même, les travaux de construction des passerelles à proximité des deux plus grands établissements secondaires du pays sont enfin en cours, ces passerelles permettront, d’une part, d’accroître la sécurité des élèves et, d’autre part, de fluidifier le trafic de deux grandes artères de la capitale.

Dans le secteur de l’éducation, le pilotage renforcé a accéléré la cadence des travaux pour la construction de dix établissements scolaires, principalement à Libreville mais également à Port-Gentil. 5 établissements sont aujourd’hui livrés, disposant de 89 salles de classes, et 5 autres établissements sont en phase avancée de travaux, avec une finalisation prévue pour novembre 2021. Ces collèges et lycées, localisés parfois dans des zones enclavées, sont actuellement raccordés au réseau routier, ainsi qu’au réseau d’eau et d’électricité. Par ailleurs, conformément à votre vision, un centre de formation professionnel pouvant accueillir 1000 élèves a été inauguré à Nkok, et deux autres devraient l’être dans les prochains mois à Franceville et Port-Gentil.

La feuille de route claire adoptée par le Gouvernement, sous l’impulsion de la Coordination Générale des Affaires Présidentielles, a donné confiance et visibilité au secteur privé. Cela s’est traduit par un niveau inédit d’investissements privés. Le rythme d’installations d’usines dans la zone industrielle de Nkok s’est fortement accéléré, avec aujourd’hui 85 usines actives, et 15 autres en phase d’investissement qui devraient entrer en production avant le premier trimestre 2022 et ainsi générer de nouveaux emplois. Aussi, les usines de Nkok s’émancipent des secteurs traditionnels de l’industrie du bois et de la métallurgie, pour la production de médicaments, le recyclage de déchets plastiques ou encore la production de ciment.

Les amendements passés dans le code de l’électricité et de l’eau ont permis la conclusion d’investissements majeurs avec le fonds d’investissement français Méridiam, qui s’est engagé avec le Fonds Gabonais d’Investissement Stratégique à mobiliser 117 milliards de FCFA, pour la construction du barrage hydroélectrique de Kinguélé aval, ou encore un investissement de 45,8 milliards de FCFA pour augmenter les capacités de trafic du chemin de fer. Le fonds d’investissement spécial Rise Gabon s’est quant à lui engagé à injecter près de 60 milliards de FCFA dans la réalisation d’une route à péage de contournement Sud de l’agglomération de Libreville, reliant Owendo au PK15.

D’autres contrats sont en phase avancée de négociation, comme ceux portés par le consortium Eranove et le Fonds Gabonais d’Investissement Stratégique, pour la construction de deux nouveaux barrages hydroélectriques (Ngoulmendjim et Dibwangui) et d’une station de traitement d’eau d’une capacité de 130 000 m 3 /jour, dite « Ntoum 7 », dont les contrats de concession devraient être signés dans les tout prochains mois. L’ensemble de ces projets étaient réalisés auparavant via l’endettement de l’Etat ; ils le sont désormais grâce à des investissements privés et à la dette supportée par les projets eux-mêmes. Ces évolutions profondes contribuent non seulement à l’amélioration de la compétitivité du pays mais également à l’assainissement des finances publiques et à la soutenabilité de la dette. Plusieurs conventions de prêts proposées par des bailleurs ont ainsi été annulées pour limiter le niveau d’endettement du Gabon.

Dans un contexte de crise et de chômage, la Coordination Générale des Affaires Présidentielles a accompagné le gouvernement dans l’adoption d’un nouveau code du travail. Ce nouveau code a vocation à stimuler l’emploi avec l’ouverture du marché du travail à de nouvelles catégories de travailleurs, en renforçant l’apprentissage, en rendant attractif le pays aux investisseurs tout en luttant contre la précarité de l’emploi et les discriminations. C’est également dans un contexte de lutte contre les discriminations que nous avons pesé de tout notre poids pour l’adoption des réformes relatives à la stratégie « Gabon Egalité » qui a permis l’adoption d’une loi spécifique en vue de lutter contre les violences faites aux femmes, ainsi que la modification du code pénal et du code civil. Pour permettre au pays d’entrer pleinement dans l’ère du numérique, nous avons également œuvré à étendre la digitalisation des services de l’Etat (notamment à travers la collecte des recettes fiscales, le guichet numérique d’investissements, le journal officiel numérique, les mesures sanitaires liées à la covid-19…). Une importante stratégie de digitalisation des services est actuellement en cours d’implémentation.

Ces derniers temps, le pilotage de la Coordination Générale des Affaires Présidentielles a porté pour l’essentiel sur le suivi de la bonne exécution des travaux dont les financements ont été sécurisés. Il demeure encore quelques chantiers phares dont les modèles doivent être restructurés pour en assurer une exécution soutenable et réaliste, à l’instar de la Baie des Rois, programme immobilier majeur qui doit refaçonner l’image de notre capitale. Les actions posées par la Coordination Générale des Affaires Présidentielles sur ce projet devraient porter leurs premiers signes visibles avant la fin de l’année 2021, autre signal très attendu de l’accélération de la transformation et de la rationalisation de l’action publique.

Cependant, notre action à vos côtés, au sein de la Présidence de la République, n’a pas seulement eu pour effet d’obtenir des résultats, si rapides et tangibles soient-ils, à court terme. Elle a posé des bases fondamentales afin de mettre notre pays, le Gabon, sur une trajectoire qui lui permettra, à l’avenir d’affronter les défis et mieux saisir les opportunités. En témoignent la transformation du système gabonais d’enseignement supérieur au profit de l’enseignement technique et professionnel pour mieux faire correspondre l’offre de formation avec les besoins réels sur le marché de l’emploi ; l’intensification du processus de diversification de notre économie avec la perspective à terme de voir l’or vert se substituer à l’or noir afin de bâtir un modèle économique plus durable et plus inclusif ; la promotion du secteur numérique qui est devenu un point fort de notre pays ; la réflexion autour de la monétisation des émissions de CO2 qui est un enjeu majeur pour notre pays et notre planète au XXIème siècle ; ou encore toutes les actions menées dans le cadre du programme « Gabon égalité », notamment en faveur de la promotion des femmes dans l’espace public, politique et économique.

Malgré la terrible épreuve de la Covid-19 qu’il a traversée, le Gabon est, en 2021,
mieux préparé, mieux positionné, plus solide, qu’il ne l’était en 2019.

Aujourd’hui, ce n’est pas la fin d’une histoire mais le début d’un nouveau chapitre qui s’ouvre, avec cette même détermination et conviction : où que je sois, quoi que je
fasse, je continuerai, Excellence, Monsieur le Président de la République, à vous
servir et, à travers vous, à servir notre Pays comme je l’ai toujours fait : avec
loyauté. »

Noureddin BONGO VALENTIN

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page