Économie

Amadou Hott « le Président accorde une attention particulière au suivi-évaluation des politiques publiques… »

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a présidé ce vendredi à Dakar, un atelier de validation technique du rapport de la revue annuelle conjointe (RAC) 2021. Dans son discours que nous vous transmettons in extenso, Monsieur Amadou Hott a soutenu que « le Sénégal va poursuivre les réformes déjà engagées pour accélérer la mise aux normes de l’environnement des affaires aux standards internationaux et régionaux afin de promouvoir les conditions propices à l’émergence d’un secteur privé dynamique et compétitif »…
___

Monsieur le Ministre en charge du suivi du PSE ;

Excellence Madame l’Ambassadeur, Cheffe de la délégation de l’Union Européenne ;

Monsieur le Président de la Commission des Élus territoriaux;

Mesdames et Messieurs les Représentants du secteur privé ;

Monsieur le Président de la Commission des Organisations de la Société civile pour le suivi de la politique économique et sociale ;

Mesdames et Messieurs les partenaires au développement ;

Chers invités,

Nous sommes au terme de notre rencontre de validation du rapport de synthèse de la revue annuelle conjointe de la politique économique et sociale qui nous a permis de porter un regard sur la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Je voudrais au nom du Gouvernement, remercier l’ensemble des parties prenantes pour la concertation et le dialogue autour du suivi et de la mise en œuvre des priorités nationales.

Je félicite les services étatiques pour la tenue régulière des revues sectorielles, régionales et thématiques transversales.

Mes félicitations vont également à l’endroit du comité de préparation des revues qui, a réalisé un formidable travail de collecte d’informations, malgré le contexte sanitaire que nous vivons, et qui nous a permis de disposer d’un rapport de synthèse, qui sera soumis à l’autorité pour la tenue du Conseil présidentiel.

Mesdames et Messieurs,

Cet exercice de revue annuelle conjointe, révèle que malgré des résultats mitigés notés dans certains domaines en 2020, imputables à la crise globale liée à la pandémie de Covid-19, des secteurs phares se sont montrés résilients et ont enregistrés des avancées notoires. Ces dernières sont rendues possibles grâce à une bonne exécution du Plan de Résilience Economique et Sociale (PRES).

Mesdames et Messieurs les partenaires au développement,

Je voulais vous rassurer que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour intensifier notre collaboration afin d’assurer une meilleure mise en œuvre de notre politique économique et sociale. Nous avons pris bonne note de vos préoccupations en matière de relance économique qui devrait être plus inclusive et durable. S’agissant de la prise en compte du genre dans les politiques publiques, des efforts restent à faire. Le Gouvernement s’engage à renforcer les audits genres dans les ministères, à renforcer la protection des enfants et à travailler ultérieurement dans les questions de suivi.

Le Gouvernement est en train de finaliser la Stratégie Nationale de Développement du Secteur Privé qui permettra de renforcer l’attractivité de l’investissement privé et la compétitivité de l’économie. De ce point de vue, le cadre de dialogue autour du Conseil présidentiel sur l’investissement sera bientôt organisé par le Gouvernement. Il sera l’occasion d’identifier les mesures d’urgence à prendre en vue de maintenir notre économie sur la rampe de l’émergence.

Je veux également rassurer les organisations de la société civile que le cadre de dialogue sera redynamisé pour leur permettre d’être une force de constructions et de contributions positives au bénéfice de la population sénégalaise. La jeunesse sera davantage impliquée dans toutes les instances de formulation et de validation des politiques publiques.

S’agissant des préoccupations des collectivités Territoriales, je verrai avec mon collègue en charge comment renforcer la couverture du PACASEN rural. En ce qui concerne la fiscalité des départements, nous attendons les conclusions de votre rencontre de Saly. Pour renforcer le suivi évaluation des politiques publiques, notamment en matière de tenue des conférences d’harmonisation, nous prenons bonne note et travaillerai personnellement avec mon collègue Ministre de l’Intérieur à systématiser de telles rencontres.

Mesdames et Messieurs,

A ce sujet, je voudrai rassurer tous les partenaires, que Monsieur le Président de la République, qui accorde une attention particulière au suivi-évaluation des politiques publiques, fera prendre toutes les dispositions pour apporter, sans délais, les correctifs nécessaires.

Nous saluons la résilience de notre économie malgré la persistance de la pandémie de la Covid 19. Cette dynamique, soutenue par les investissements dans les secteurs productifs et les infrastructures, sera poursuivie dans la mise en œuvre du PAP2A sur la période 2021-2023.

A cet égard, nous poursuivrons les réformes déjà engagées pour accélérer la mise aux normes de l’environnement des affaires aux standards internationaux et régionaux afin de promouvoir les conditions propices à l’émergence d’un secteur privé dynamique et compétitif. Aucun segment de notre économie, ni de notre territoire ne sera laissé en rade.

Mesdames et Messieurs

Nous avons, ainsi, apprécier tout au long des travaux de cette journée, la pertinence des recommandations, suggestions et commentaires formulés par les différentes catégories d’acteurs qui vont dans le sens de l’amélioration de la mise en œuvre du PSE.

Nous voudrions, à cet instant, saluer, encore une fois, l’engagement de tous et réitérer les remerciements du Gouvernement. Si vous le permettez, au nom de tous les participants, je déclare que le rapport de synthèse est validé au plan technique, sous réserve de la prise en compte de toutes les observations et commentaires si pertinents.

Je voudrais rappeler à chacun de transmettre ses observations à la DGPPE dans les meilleurs délais, si possible au plus tard ce vendredi 24 septembre 2021, afin de finaliser le rapport de synthèse.

Je voudrais donc vous remercier pour cette présence massive, et vous donner rendez-vous très prochainement pour la validation politique en Conseil présidentiel. Je remercie l’ensemble des acteurs qui suivent les travaux en ligne et déclare clos l’atelier de validation technique de la revue annuelle conjointe de la politique économique et sociale.

…je voudrais préciser qu’en dépit du contexte international extrêmement difficile, nous devons garder espoir au regard des perspectives de relance de notre économie, notées avec un net redressement de la croissance qui se situerait autour de 5% en 2021.

Le Gouvernement consolidera cette dynamique en accélérant les réformes du PAP2A. D’ores et déjà, il a été noté la suppression de la prime fixe sur l’électricité pour les producteurs rizicoles au niveau de la vallée du fleuve Sénégal.

Comme annoncé plus haut, c’est également heureux de noter qu’après la promulgation de la loi sur les PPP, le Conseil des Ministres vient d’approuver le projet de décret portant application de la loi relative aux PPP.

Nous sommes ainsi aux termes d’un processus de réforme majeure qui dote notre pays d’un cadre juridique attractif pour faire des PPP de qualité y compris au niveau des collectivités territoriales.

Ce cadre confirme la volonté du Gouvernement de renforcer également les dispositifs de contenu local en faisant la promotion du secteur privé local.

Nous allons poursuivre cette dynamique dans le cadre du PREAC III. A ce titre, le Gouvernement prévoit d’autres réformes phares et se projette d’être dans le top 100 des pays réformateurs.

Avec cette feuille de route, nous visons d’intégrer pour cette présente année le top 100 des pays réformateurs compte non tenu des réformes du Compact sur lesquelles il est noté des avancées.

Toutes ces réformes visent à créer un environnement propice à l’investissement privé, seul gage de renforcement pérenne des capacités financières internes de l’Etat. En attendant, le Gouvernement continuera à s’appuyer sur la coopération au développement pour mobiliser plus de ressources.

A ce titre, le leadership international et le plaidoyer du Président de la République, Son Excellence Macky SALL, ont été déterminants lors du Sommet de Paris sur le financement des économies africaines qui a pris une décision forte d’allouer aux Etats de nouveaux Droits de Tirage Spéciaux (DTS).

Notre pays vient de bénéficier de sa cote part des nouveaux DTS pour un montant de 246,3 milliards FCFA et continue à travailler sur le plan international pour la réallocation des DTS des pays du G20 au profit de nos pays, ce qui nous permettra d’avoir plus de capacités pour faire face aux besoins urgents de santé,  de relance économique, de protection sociale et d’autonomisation des jeunes et femmes. Sur un autre registre, je dois également relever que notre objectif de souveraineté sanitaire et pharmaceutique est en bonne marche.

En effet, le leadership du Président de la République a vite positionné le Sénégal dans le cercle restreint de pays africains aptes à produire des vaccins contre la Covid-19 et pour d’autres maladies tropicales. Les premières doses sont attendues en 2022, avec le projet de l’Institut Pasteur de Dakar, soutenu par tous les partenaires au développement.

En conséquence ; nous devons rester optimistes tout en demeurant très vigilants dans un environnement aussi incertain fortement marqué par les conséquences multiformes de la crise sanitaire. Nous sommes en train de vivre actuellement une de ces conséquences avec les tensions notées sur les prix des produits de base.

Elles s’expliquent par les déséquilibres notés entre l’offre et la demande mondiale du fait des mesures de restriction, de l’augmentation du coût de fret qui a été multiplié par trois et de la hausse du prix du baril.

Afin d’atténuer ce phénomène, l’État a pris des mesures fortes en réduisant les taxes sur certains produits de grande consommation. Ces dépenses fiscales entraîneront des moins-values de l’ordre de 47 milliards de FCFA, mais auront un impact significatif sur le pouvoir d’achat des ménages sénégalais.

D’ailleurs, nous constatons un retour progressif du prix d’équilibre dans le marché domestique. C’est le cas notamment du sucre. Cette situation devrait se poursuivre pour le reste de l’année et conduire à une maîtrise globale des prix.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page