A la UneInternational

Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison ferme

L’ancien président de la République a été reconnu coupable de financement illégal de sa campagne de 2012. Son avocat, Me Thierry Herzog, annonce faire appel.

Le verdict est tombé dans l’affaire Bygmalion. L’ex-chef de l’État
Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable jeudi de financement illégal de sa campagne de 2012 et condamné à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris. La peine sera directement aménagée, a précisé le tribunal. À l’issue du jugement, l’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a annoncé faire appel de cette décision.

L’ancien chef de l’État, absent de l’audience, « a poursuivi l’organisation de meetings », après avoir été « averti par écrit du risque de dépassement » du plafond légal, a déclaré la présidente de la 11e chambre correctionnelle Caroline Viguier. « Ce n’était pas sa première campagne, il avait une expérience de candidat », a-t-elle poursuivi. Le parquet avait requis un an de prison, dont six mois avec sursis, après cinq semaines d’audiences en mai-juin. En mars, Nicolas Sarkozy était devenu le premier ancien président français (2007-2012) à être condamné à de la prison ferme – trois ans, dont un ferme –, pour corruption et trafic d’influence, dans une affaire dite « des écoutes », dans laquelle il était poursuivi pour une tentative présumée de corruption d’un juge. Il a fait appel.

Les 13 personnes qui ont comparu au côté de Nicolas Sarkozy dans le procès Bygmalion ont été condamnées à des peines allant de 2 ans à 3 ans et demi de prison, une partie avec du sursis. Toutes les peines ferme seront aménagées. 
Jérôme Lavrilleux, à l’époque directeur-adjoint de la campagne et seul à l’UMP à avoir reconnu la fraude mise en place pour masquer les dépenses excessives, a été condamné à trois ans de prison, dont un an avec sursis.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page